Ce que j’ai appris des meilleurs blogueurs: l’email marketing sera tendance en 2015

En parcourant les meilleurs blogues américains, anglais, français et canadiens spécialisés dans le marketing web ces trois derniers mois, j’en suis arrivé à cette conclusion toute simple: l’email marketing sera au coeur des préoccupations du marketing en ligne pour l’année 2015.

 Nous allons voir ensemble pourquoi votre page Facebook s’essouffle, votre compte Twitter est à la ramasse et votre liste d’email est une ressource qu’il faut activer sans tarder.

Nous verrons:

  1. Les tendances de recherche dans l’industrie du web marketing
  2. Comparaison de la valeur d’un abonné , d’un follower, d’un fan en 2014. CTR et Taux d’ouverture.
  3. Les 5 avantages probants de l’email marketing
  4. Les 7 trucs à suivre pour votre campagne
  5. Les 12 outils indispensables pour gérer votre marketing par courriel

 

Les tendances de l’industrie webmarketing

 

Si vous avez lu mon dernier article sur marketing de contenu sur le blogue d’Orenoque, vous devez savoir que j’affectionne particulièrement l’outil Google Trends qui permet de comparer, par zone géographique, voire thématique, les tendances de recherche sur Google. Un outil indispensable mettant à notre disposition un véritable laboratoire de sociologie!

Nous pouvons nous faire, en un clic, une idée précise sur les recherches de nos semblables.

Qui cherche sur Google aujourd’hui? À l’exception de quelques singes qui font la grimace, tout le monde.

Marketing de contenu, Inbound Marketing, SEO, référencement, email marketing… Lequel de ces champs du marketing en ligne a le vent en poupe? Vers où s’en va-t-on?

Google Trends peut répondre à ces questions. Les sujets choisis: email marketing, content marketing, inbound marketing, social media marketing, search engine optimization.

Tendances email marketing

Je vous l’accorde, on peut toujours jouer avec les combinaisons, choisir SEO ou Search Engine Optimization n’est pas anodin, tout comme Search Engine Optimisation. Vous conviendrez qu’entre un mot de trois lettres et trois mots les résultats sont tout à fait différents.

Google Trends exprime, comme son nom l’indique, des tendances. On doit les relativiser, mais elles donnent tout de même des indications saisissantes.

On peut observer par exemple la tenue de l’email marketing au fil des ans, impavide, malgré les montées du marketing de contenu et de l’optimisation pour les réseaux sociaux. On voit aussi que la terminologie Inbound Marketing ne prend pas tant que ça.

Prenons maintenant une recherche relative à un outil dédiée à l’email marketing, Mailchimp, sans doute, l’outil de gestion de campagnes de courriers électroniques le plus connu:

Mailchimp tendance 2015

Ici, la tendance parle d’elle même, certes, au moment des voeux, on doit observer un pic, mais les faits sont là, Mailchimp n’a jamais été autant recherché.

On peut s’amuser à le comparer avec d’autres outils de marketing en ligne: Buffer, Hootsuite, Moz, Ahrefs, Quicksprout, Adwords Klout, Mailchimp se porte bien, on ne peut plus bien, il a le vent en poupe:

Comparatif des outils webmarketing

J’aurais tendance à dire: Impressionant, qu’en pensez-vous? Quel logiciel d’email marketing utilisez-vous?

Les valeurs comparées d’un abonné newsletter, d’un fan facebook, d’un follower Twitter.

 

Malheureusement, il n’y a pas d’étude exhaustive pour déterminer ces différences. Pire, il est impossible, au vu des changements opérés par Facebook dernièrement et prochainement par Twitter, de comparer avec la réception d’un courriel dans une boite mail, qui ne souffre, quasiment d’aucun tri.

J’ai cherché, je n’ai rien trouvé de probant, je vous invite donc à ajouter tout élément à ce sujet en commentaires, notamment le taux de clics sur Facebook pour un post ayant un lien (la problématique étant qu’un post aura plus ou moins de visibilité, j’aurais tendance à penser qu’une étude sur le taux de clic ne serait pas pertinente, d’autres indicateurs s’appliquent maintenant à Facebook).

Faisons, néanmoins, un point sur chacun de ces médias, à quel taux d’engagement pouvez-vous vous attendre sur Facebook, quel taux de clics pour votre post Twitter et quel taux d’ouverture pour votre newsletter, selon les dernières études.

Facebook, état des lieux: Un reach en berne, un CTR en progrès

 

Facebook CTRIl y a quelques mois de cela, Facebook annonçait d’un communiqué laconique, que nos feeds Facebook étaient désormais le lieu d’un concurrence énorme.

Si j’ai 300 emplacements pour 300 posts sur mon fil d’actualité Facebook, j’ai probablement 1000 statuts de pages et amis, en moyenne, qui entrent en compétition pour être diffusés sur mon mur. Le résultat est simple : de nombreux posts ne vont pas jusqu’à nous, ou si on se place du point de vue de l’annonceur, de nombreux posts ne vont pas jusqu’à notre public.

Cela implique que chacune de nos publications a des chances très réduites d’arriver sur le fil d’actualité de ses fans.  Si un post Facebook atteignait 17 % de ses fans en 2012, ce nombre s’est réduit à 6 % en février 2014, selon Forbes, et près de 2 % pour les pages les plus grandes.

Selon Techcrunch en 2011, concernant le taux de clics cette fois, le CTR moyen pour un post Facebook était de 0,14 %. Une étude de 2013, à télécharger ici, par ShopIngiter, annonce un taux de clics dérisoire à 0,06 %.

Un chiffre a relativisé, la baisse du reach a entrainé une augmentation du taux de clics. Ceux qui voient le statut cliquent plus que par le passé.

Twitter, état des lieux: Un CTR malingre


CTR twitter 0,45 %Que penser maintenant de Twitter et du caractère éphémère de nos tweets?
Balayés en quelques secondes de nos fils d’actualités.

Tweetez à la mauvaise heure, au mauvais moment avec la mauvaise forme et votre très bon post partira aux oubliettes des gazouillis.

On parle d’un taux de clic moyen de 1,64 % sur Twitter, le grand Mashable et ses millions de suiveurs auraient un taux de clics de seulement 0,11 %.

Au-dessus de 10 000 abonnés, le taux de clics descendrait à 0,45 % en moyenne.

Les études ne sont pas particulièrement bonnes à ce sujet, mais si vous avez un compte Twitter, il est assez facile de déterminer le taux de clic via des outils comme Buffer.

Pour ma propre expérience et, je crois cet avis assez largement partager, le taux de clics sur Twitter est très bas.

Je suis certain que vous en aurez fait l’expérience, lancer un Tweet au milieu de milliers de gazouillis, s’il n’est pas retwetté par de vraies personnes, n’attire qu’une quantité infinitésimale de trafic, Twitter a heureusement d’autres avantages.

Email, état des lieux: le sommet

 

Taux de clics emailCombien recevons-nous de courriels par jour? Cela se chiffre sans doute en centaines.

Mais combien de posts et tweets se font concurrence sur mon fil d’actualité?

Probablement des milliers.

C’est ce qui fait dire aux plus grands blogueurs et aux webmarketers les plus rusés: ne soyez pas idiots, construisez dès aujourd’hui votre liste d’abonnés.

Selon SmartInsight, pour le Royaume-Uni, ou mieux encore Mailchimp pour le monde occidental, les taux de clics par industrie, comparativement aux médias sociaux, sont tout bonnement exceptionnels.

Alors qu’on atteint péniblement 0,45 % sur Twitter, Les emails affichent un taux de clics entre 2 et 6,6 % en moyenne selon l’industrie et en suivant de bons conseils, vous pourrez augmentez votre taux de clics drastiquement.

Le tableau des taux d’ouverture et clics par industrie selon les données internes de MailChimp

IndustrieTaux d'ouvertureTaux de clic
Agriculture, jardinnage, agriculture urbaine et alimentaire
26,063,94
Architecture et Construction25,383,86
Arts et artistes27,973,28
Beauté et soin personnel20,722,82
Affaires et finances20,683,14
Électronique et informatique24,652,83
Construction22,672,4
Conseils et consultation18,782,57
Agences et créatifs23,653,36
Coupons et rabais13,21,88
eCommerce17,353
Education et formation22,493,42
Divertissement20,932,51
Jeux d'argent18,722,04
Jeux20,314,07
Gouvernement25,693,64
Santé et fitness24,273,64
Loisir30,716,65
Maison et jardin26,444,4
Assurance19,722,37
Juridique21,233,25
Industrie23,783,14
Publicité et marketing18,812,44
Media et édition22,935,14
Médecine et soin22,763,07
Mobile23,323,16
Musique et musiciens22,493,03
À but non lucratif25,123,25
Autres22,583,18
Pharmacie17,792,62
Photo et Video27,034,28
Politique22,62,74
Services professionnels21,723,21
Relations publiques19,982,15
Immobilier22,122,68
Recrutement et intérim20,773,17
Religion22,273,5
Restaurant24,611,6
Commerce de détail23,163,26
Médias sociaux et communautés en ligne21,983,89
Logiciels et applications21,863,26
Sports26,573,91
Télécommunications19,772,38
Transport et voyages2,2,77
Suppléments vitaminés18,122,44

Pour 20 000 fans, followers et abonnés j’aurais:

Pour Facebook

Le taux de clics se noie aujourd’hui dans une foule d’autres données comme l’engagement et le reach, aucune de ces données (ref. Agorapulse Barometre) ne nous renseigne sur le taux de clic.

Prendre le taux de clics de 2011, attribué à 0,14 % ne serait pas correct. Le reach (le nombre de fans qui voit le post) est beaucoup plus faible aujourd’hui et le taux de clics (nombre de personnes qui clique sur le lien) beaucoup plus élevé.

facebook-logo-150x150 1200 personnes vont voir mon post, combien vont cliquer?

Les modifications apportées à Facebook sont malheureusement trop fraiches pour apporter une réponse à cette question.

Pour Twitter

twitter-logo-150x150 90 personnes vont cliquer sur mon lien

Pour ma Newsletter

700 personnes vont cliquer sur mon lien

 

1 abonné Newsletter = 7 abonnés Twitter en moyenne

En d’autres termes pour notre exemple, je n’aurais besoin que de 2 500 abonnés en comparaison de mes 20 000 followers pour avoir un résultat équivalent. Imaginons que je sois dans l’industrie du loisir, ce sont 1900 abonnés au lieu de 20 000 followers dont j’aurais besoin. 1 abonné correspondant alors à 10 twettos.

Mieux encore en vous alignant sur les meilleures infolettres vous atteindrez probablement des taux de clics au-dessus de 10 %, dans ce cadre, 1 abonné équivaut à 20 followers. Ça compte.

Les 5 raisons de commencer à collecter des emails maintenant!

 

En termes de marketing web, il est toujours important de se fixer des objectifs clairs et pertinents pour mesurer nos succès et améliorer nos performances.

On voudra plus de trafic qualifié sur notre site, qui amènera plus de ventes, plus de clics sur nos publicités, plus de demandes de contacts et de devis.

1. L’email, le seul trafic garanti

Quelles sont les sources de trafic pour un site internet?

trafic email garanti

  • Recherche organique. Je clique sur un lien « naturel » après avoir entré une requête sur un moteur de recherche.
  • Recherche payante. Je clique sur un lien « sponsorisé » sur un moteur de recherche
  • Trafic Social organique. Depuis Facebook, Twitter, Pinterest…
  • Trafic Social payant.
  • Trafic Direct. Je vais directement sur le site depuis un signet ou la barre d’URL, car je connais le site internet.
  • Trafic Référent. Depuis un lien payant ou gratuit sur un autre site web.
  • Email

 

 

Tout bon stratège conviendra qu’il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier et je ne vous conseille pas de mettre tous vos oeufs dans le même panier :0. Néanmoins, on s’aperçoit qu’à l’exception de l’email et de la navigation directe aucun des trafics cités ci-dessus n’est garanti, je m’explique:

  • Un changement d’algorithme de Google peut précipiter mon site dans les profondeurs des pages de résultats de recherche, du jour au lendemain.
  • Sans budget, je ne recevrai aucun trafic depuis les bannières, posts, ou liens sponsorisés.
  • On ne possède pas noss pages Facebook (ceux-ci appartiennent aux fournisseurs de services – Twitter – Facebook…), je peux perdre mes acquis du jour au lendemain. Où en est votre page Myspace, aujourd’hui? Pire, je peux être ici aussi victime d’un changement d’algorithme (comme avec Facebook en 2014) qui me fera perdre une visibilité terrible.

 

S’il faut donc répondre à cette question: dois je mettre l’accent sur ma page Facebook ou dois-je préférer les courriels ? En établissant un ordre de priorité et au vu des éléments ci-haut la collecte des emails devient essentielle.

2. Des abonnés plus engagés que les fans ou followers

Abonné newletter content

Dans un récent post sur le blogue de Quicksprout, Neil Patel mettait en lumière le fait que les abonnés à l’infolettre commentaient plus, partageaient plus, bref, étaient plus engagés.

La valeur d’un abonné Newsletter dépasserait drastiquement le follower Twitter et le fan Facebook, pour ajouter un peu de poids à cette affirmation, n’oubliez pas que nous sommes en présence d’un des blogues de marketing en ligne les plus suivis au monde, dépassant allègrement 500 000 visiteurs par mois. Ça pèse.

3. Une proximité sans égale

Alors qu’on se dispute un fil d’actualité monstrueux, infini pour Twitter et dépassant les 300 posts par session pour une moyenne de 1000 prétendants sur Facebook , on peut jouer avec de nombreux paramètres par courriel pour créer une relation d’intimité inégalable et entrer en compétition avec un nombre d’emails restreints.

  • Pensez que munis de nos Smartphones on reçoit des notifications et on les lit aussi simplement qu’un message texte.
  • Pensez qu’en prenant la forme d’un courriel normal, comme si vous envoyez un courriel à un proche, votre email a toutes les chances d’apparaître comme un message non commercial. Dans de tel cas, le taux de clics peut monter au-delà de 10 %, comme c’est le cas pour Olivier Lambert et son blogue. Plus de clics, plus de personnes, et en bout de chaîne plus d’argent.

email marketing onglet principal gmail

4. Une collecte facile

Bien que j’ai pu démontrer qu’avec quelques outils pour forcer le destin, on puisse facilement gagner des Followers, les meilleurs blogueurs construisent leur liste d’email avec une facilité déconcertante. Copyblogger, Neil Patel présenté plus haut ou encore Derek Halpern de Social Trigger, affichent des taux de conversions impressionnant pour leur formulaire de souscription à leur Newsletter.

Argent dollars en GIF animé

Ils ont pour les aider, un contenu attractif. L’utilisateur sait qu’il va gagner quelque chose à rejoindre l’infolettre. On ajoutera à ça, un formulaire de soumission idéalement placé et designé, ainsi qu’une préparation millimétrée des envois d’email et la multiplication des pains opère.

5. Même pas besoin d’avoir un site web

Si vous commencez à vous intéresser au blogging, au contenu, à la construction d’un calendrier éditorial, ou même au lancement de produit, vous vous rendrez compte, comme moi, qu’un projet peut commencer avec une simple landing page (une page web sur laquelle on dirige les utilisateurs depuis un média donné), une tagline et un formulaire d’inscription. C’est tout.

Email marketing no website required

Beaucoup d’entrepreneurs sur le web, vont en effet commencer leur collecte, avant même que le projet soit lancé.

  • On peut imaginer commencer à écrire sur d’autres blogues en tant qu’invité pour rediriger vers son propre espace et sa landing page optimisée pour la collecte de courriel.
  • On peut imaginer débuter la promotion de son produit, de son concept et commencer la collecte avant même de lancer son entreprise réellement, je suis sûr que vous êtes déjà tombé sur cette situation.

 

L’email est un enjeu majeur du webmarketing et je m’en veux chaque jour d’avoir de ne pas avoir commencé plutôt à construire ma mailing list.

Pour les Canadiens, on peut dès lors, se poser la question, combien de millions de dollars la nouvelle loi anti pourriel a fait perdre à l’économie canadienne? En remettant, cette année 2014, les compteurs à zéro pour toutes les listes de courriels du territoire, combien de ventes perdues, de leads délaissés, de promotions qui n’ont pas rejoint leur public? J’entends déjà la voix de Michelle Blanc invectivant les dirigeants ayant pris cette, faut-il le dire, stupide décision. Je ferais une étude de cas au sujet de cette loi et des pertes subies cette année.

Les tendances de l’email marketing pour 2015

 

EMAIL-MARKETING-(1)La personnalisation est en fait une respiration, les emails corporatifs ont vécu, on ne veut plus les voir, on veut une personne qui nous donne ce pour quoi on s’est inscrit: des exclusivités dans le cadre d’une relation humaine.

Si je soutiens un club de sport, je veux que Bastien, le directeur de communication, m’envoie depuis son adresse électronique professionnelle, les exclusivités que j’attends, accès à un entrainement en avant-première, réduction, trucs à savoir sur les joueurs et plus encore.

Si je suis (suivre) une marque de vêtement tendance, je veux les promotions sur les items que j’aurais mis en Wishlist par le passé, la prochaine collection avant tout le monde, je veux connaître les coulisses, les personnes derrière la marque.

Bref, je ne veux pas recevoir le magnifique design immonde  de cette newsletter qu’on reçoit tous, ses colonnes, son en-tête, son pied de page, son logo, ses images…

Non, ce que je veux c’est un message personnalisé en provenance d’une vraie personne.

Aimez vos abonnés!

  1. Personnalisation. Pas de noreply, de templates, de langage corpo. Un courriel sérieux mais relativement intime, un subtil mélange, n’est-ce pas?
    Vous aurez ainsi, plus de chances d’être lu et d’échapper aux onglets spam ou promotion (pour le cas Gmail).
  2. Pas ou peu d’images, c’est directement lié à notre premier point, un email personnel n’a pas d’image, je n’envoie pas un template d’infolettre à mes amis par courriel.
    D’ailleurs Hubspot a démontré, et c’est finalement logique, que plus il y a d’images, plus le taux de clics diminue. (Rappelons nous, plus de clics, plus de gens, plus de ventes).
    En fait plus il y a d’images, plus je sais que je me trouve sur un espace publicitaire et je vais devenir aveugle à ces tentatives de séduction.
    On peut aussi se dire que beaucoup de logiciels de gestion des emails empêchent par défaut la diffusion des images sur les courriels que l’on reçoit.
  3. Mobile friendly. Toujours lié aux deux premières constatations. Un email se doit d’être lisible facilement via votre smartphone, une bonne part de nos courriels personnels, sont premièrement consultés sur notre téléphone, néanmoins, on gardera en tête que le lieu de travail et le lieu d’achat, bref la fin du parcours de l’acheteur échoue encore majoritairement sur l’ordinateur portable ou l’ordinateur de bureau.
  4. Automatisation. Ça peut sembler antinomique, mais ça n’est pas le cas. L’automatisation ici, veut dire la programmation de l’envoi des courriels après l’inscription.
    En préparant vos courriels, vous pouvez sensibiliser les personnes à ce qu’ils s’apprêtent à recevoir et créer une relation durable et continue avec vos abonnés.
    En d’autres termes, je m’inscris, je ne recevrai pas la prochaine infolettre du mois, mais une suite de courriels prédéfinis, présentation, premier truc, deuxième truc, etc.
    C’est particulièrement efficace pour la personnalisation.
    J’intègre, non pas une série en cours, mais j’ai le privilège de recevoir les trucs dans l’ordre de conception, un must, qu’offre Mailchimp par exemple dans sa version payante.
  5. La collecte via les boutons d’inscription sociaux. Vous avez sans doute remarqué que de nombreux sites nous appâtent avec une inscription facile via Twitter, Google ou Facebook, pour, en suivant, nous demander notre email. Malins les types.
    La tendance va sans aucun doute croître. Twitter offre même la possibilité de jouer à ce petit jeu à même son réseau. Comment mettre en place une Twitter Card lead generation sur le blogue de Moz.
  6. La collecte via pop up. Ça m’embête particulièrement d’écrire ça, mais une fenêtre pop-up augmente considérablement le taux de conversion pour ce qui a trait à la collecte d’email. Les tenants de UX (expérience utilisateur), voire du SEO, étaient catégoriques, le pop-up tue l’expérience, le pop-up irrite, le pop-up ne se fait pas, le pop-up est cheap.
    Too bad…
    Il faut réviser notre jugement, il revient en force, beaucoup plus fin qu’il ne l’était par le passé.
    Allons-nous voir fleurir, peut-être, un semblant d’expression de cycle dans les tendances marketing web (on vieillit que voulez-vous). Pour étayer cette théorie, une fois encore le Google trends. Voyez, la fenêtre pop-up revient, elle n’a jamais été aussi haut depuis 10 ans!!!
  7. Segmentation. Le big data, vous devez en avoir entendu parler, on nous serinait déjà sur l’efficacité des CRM à mes débuts en communication en 2008. Plus votre liste sera segmentée, plus cela vous permettra de préciser et de personnaliser votre message.

La fenetre pop-up contre-attaque

 

 On pourrait parler des alertes, ces courriels envoyés en fonction de nos réglages et préférences qui pourront être d’autant plus affinés que la connaissance des utilisateurs augmente, et il y a, je n’en doute pas, d’autres techniques ou tactiques d’email marketing qui auront le vent dans les voiles en 2015. N’hésitez pas, à ce titre, à me corriger ou ajouter votre point en commentaires de l’article.

Les outils indispensables pour votre email marketing

Je viens de faire le calcul, à mes débuts dans le web, j’étais alors gestionnaire de communauté et responsable du web pour le club de rugby professionnel de Montpellier, c’était en 2008, j’ai envoyé la bagatelle de 1 248 000 emails à nos partisans, nous avions une pauvre base de courriels de 4 000 noms, le club était en train de passer à cette époque, de l’ombre à la lumière en rejoignant la finale du championnat de France en 2011. Sur 3 années, à raison de deux fois par semaine, on arrive à ce résultat.

Boite à outilsLes moyens les plus efficaces de rejoindre nos fans à l’époque étaient, en vrac: le journal régional, Facebook, et les messages textes (SMS). L’infolettre avait un taux d’ouverture catastrophique et la personnalisation était à son plus faible niveau. Le supporter exclusif de l’équipe première recevait les infos de l’école de rugby indépendamment de ses goûts et de ses désirs. À l’époque, de la collecte, à l’envoi en passant par la conception, nous manquions de tous les outils.

Bonheur et joie, avec peu d’argent, et peu de moyens vous allez pouvoir surclasser le Vincent Drouin de 2008, avec de beaux outils flambants, pimpés façon 2015.

De nombreux outils vont vous aider pour ça. Vous m’excuserez par avant pour l’accent mis sur WordPress, mais c’est aujourd’hui la plateforme la plus efficace pour se débrouiller seul et développer un bon marketing en ligne. De nombreux développeurs travaillent pour nous et on bénéficie d’un support appréciable, comme des avis de centaines de milliers d’utilisateurs.

Les solutions dépassent en général celles développées pour Drupal ou d’autres CMS, ainsi, sans aucun talent pour la programmation, on va pouvoir ajouter des fonctionnalités de tueur. Ça n’a pas de prix!

Avant toute chose il nous faut collecter les emails:

Les plug-ins et outils d’inscription:

Mailchimp for WordPress, bien que j’ai préféré, notamment pour la colonne de droite de mon blogue, intégré un formulaire personnalisé depuis le panneau d’intégration de Mailchimp, on appréciera la connexion facilitée à notre compte. Pas besoin d’entrer manuellement vos contacts, ça se fait tout seul. On regrettera que la version gratuite ne permette pas de customisation.

Q2W3 Fixed Widget (Sticky Widget)intéressant, car il permet de fixer n’importe quel widget sur la colonne de votre site. Le formulaire peut ainsi suivre l’utilisateur, vous rappelant à son bon souvenir.

Optinmonster, j’en ferai un de mes cadeaux de Noël, ce plugin malin, vous l’avez sans doute déjà rencontré. Il déclenche une fenêtre pop-up au moment de quitter le site Exit Intent Technology. Particulièrement efficace pour rattraper ceux qui seraient passés à côté de vos précédentes tentatives de séduction au moment même où ils pensaient quitter votre site. Un must, s’il est utilisé avec sagesse.

Hellobar permet d’ajouter une barre de notification en haut de votre site web pour convaincre vos visiteurs. Une tagline, un call to action et la possibilité de réaliser des Test A/B, de collecter des courriels ou d’envoyer vers un lien ou encore la possibilité de coller la barre en haut du site pour suivre le parcours de l’utilisateur.

Je l’utilise pour mes sites d’affiliés et ça permet d’améliorer leur taux de conversion. De mon expérience un +5 à +10% très appréciable. Sachant que j’ai encore peu de contenus à offrir que ce soit sur mon blogue ou sur mes sites. La barre est par contre grossière et laisse un lien vers Hellobar.com dans sa version gratuite.

Dreamgrow lui aussi parfait pour débuter puisqu’il offre une version gratuite. Le plug-in permet de déclencher une fenêtre à partir d’un certain pourcentage de lecture de la page. Avec de l’imagination voilà une fenêtre de rappel très intéressante pour les petits budgets et améliorer sa conversion.

Seedprod Je vous avais parlé de cette tendance qui veut qu’on collecte avant même d’avoir lancé son site ou son produit, voici le parfait outil pour ça, qui permettra une optimisation idéale de votre page de destination de son design à l’intégration des principaux courriéleurs en passant par sa compatibilité avec WordPress.

Ninja Pop-Up for WordPress Un très bon plugin qui fait concurrence à OptinMonster, cité plus haut, il est utilisé notamment par Charles Floate, le petit prodige du SEO White/grey/blackHat. Le plugin se démarque notamment par la possibilité de bloquer le contenu, l’utilisateur peut le débloquer en s’inscrivant. Une très bonne stratégie pour 2015, mais nous en reparlerons sûrement. Comme les grands journaux ne rendront accessible qu’une partie de leur article aux non-abonnés, vous pouvez faire de même avec certains de vos contenus pour accroître votre taux de conversion. Le A/B testing est aussi disponible.

Les courriéleurs – les gestionnaires de campagne d’email

Mailchimp. Le nom revient au tout au long de cet article, je l’utilise évidemment et il est très efficace pour la gestion des campagnes. Il est gratuit jusqu’à 2000 adresses électroniques et 12 000 emails par mois. On peut voir venir. J’apprécie la création de formulaires custom, la création de template sobre et efficace pour un mélange de convivialité et de professionnalisme.

Aweber. C’est un des leaders du marché, loin derrière Mailchimp cependant. Il est payant. On le voit régulièrement conseiller, il ne pouvait pas ne pas être dans la liste. On dit que les suivis sont plus fins et approfondis avec Aweber, cependant, Analytics devrait vous permettre de combler ces lacunes. Il fait partie des solutions utilisées par les blogueurs dont j’ai pu suivre les infolettres ces derniers mois.

Getresponse Toujours parmi les leaders. Utilisé par Neil Patel pour le blogue de Quicksprout, avec le gabarit le plus simple du monde: un email normal.

Cyberimpact. une solution en français, utilisée par des entreprises remarquables n’hésitez pas à nous en dire un mot en commentaire si vous avez essayé. J’avoue que depuis Montréal, la question d’un logiciel en français ne s’est pas posée pour moi. Je n’ai pas non plus vent des tendances en France.

Analyses

Les outils de suivis fournis par les courriéleurs ne seront pas optimaux. Ce qu’on veut c’est pouvoir suivre le comportement de l’utilisateur provenant de la newsletter. C’est à ce moment là que Google Analytics intervient.

Pour le suivi de vos liens et de vos campagnes l’outil de création d’URL sera votre sauveur.

Ils s’agit évidemment de fixer vos objectifs, pages, temps, événements pour les corréler à la source de trafic et ainsi déterminer l’efficacité de vos campagnes et leur taux de conversion.

Avec ce petit coktail d’outils vous devriez pouvoir, d’une part faire grossir votre base de données, d’autre part, débuter et développer comme il se doit vos campagnes.

Conclusion

Pour conclure, si vous avez eu la patience de tout lire, l’email marketing devrait sans aucun doute être au coeur des préoccupations en 2015, les meilleurs blogueurs, à l’avant-garde, ont déjà pris ce chemin. Les autres canaux arrivent à saturation et le vieil email possède encore un potentiel énorme.

Pour gagner en 2015, il faudra porter une attention particulière à vos campagnes d’email marketing.

Toute fois la personnalisation, la segmentation, ainsi qu’un ton et un design le plus proche possible d’un vrai courriel sont nécessaires pour ne pas voir les « mails » de vos précieuses campagnes échouées lamentablement dans la section spam de nos boites aux lettres électroniques.

Vous n’êtes pas d’accord, vous avez un point à ajouter, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Vous avez aimé cet article, si vous pouviez considérer un petit clic sur le bouton like ici à droite, ce serait très apprécié :).

Merci de votre lecture et bonnes fêtes de fin d’année à tous et n’oubliez pas d’optimiser vos sites web!

0
Partages
Vincent Drouin
 

Dans le marketing web depuis 2008 au sortir de mes études de sociologie, si le coeur de ma spécialisation est le SEO, j'aime les approches transversales orientées vers l'acquisition de trafic qualifié et la conversion. Mes péchés minions: Les 33 tours, le web, l'histoire des langues et des peuples.

Mes trucs favoris aux abonnés
Contenus exclusifs, débloquez tous mes contenus en vous inscrivant à ma liste de courriels.
Pas de spam, pas d'abus.