Le butineur | Vincent Drouin

Marketing Internet Montréal | Expériences d'un gestionnaire web à tendance SEO et communautés

Site web mobile, responsive design, déception 2012!

On est encore loin de la solution idéale en termes de stratégie mobile, pourtant c’est un fait, les sites web mobiles sont une nécessité, sans quoi vous allez attirer le courroux de vos visiteurs et perdre en performance et conversion.

L’essor de la téléphonie intelligente a concordé avec une explosion du nombre d’applications mobiles dédiées aux iPhones et plus récemment aux téléphones propulsés sous Android. Cette course à l’armement aveugle vers les applications nous conduit aujourd’hui à une situation pour le moins problématique et paradoxale, malgré ce grand nombre d’applications : la majeure part des sites web n’est pas adaptée aux smart phones.

Rappelons que le trafic mobile est estimé, suivant les sources, entre 10 et 20% en cette fin d’année 2012 et qu’il devrait encore croître dans les années à venir.

Rappelons enfin pour saisir la problématique, qu’une application se retrouve sur les babillards des téléphones et tablettes et sont issues des Apple Store et autres Google Play, quand les sites web mobiles sont référencés par les moteurs de recherche et les réseaux sociaux et servent à présenter une version optimisée des sites web aux internautes utilisant une plateforme mobile. Soit deux utilisations bien différentes.

La rédaction de cet article a été essentiellement motivée par le constat que la plupart des sites d’information possède une application sans pourtant avoir une version mobile. Étrange et irritant.

Nous verrons donc pourquoi site web et application mobile sont tout deux nécessaires et que le développement d’un site web en responsive design est la préconisation du moment.

Que fait-on avec son téléphone malin?

Vous êtes vous seulement poser la question, chers décideurs, de savoir à quoi passé-je mon temps sur mon appareil mobile? De nombreuses statistiques et sites web répondent à cette interrogation.

Si 82% de notre temps est voué à l’utilisation d’applications, comme nous l’apprend, par exemple, le site de Comscore: temps passé sur les téléphones intelligents (article en anglais), vous conviendrez que le nombre d’applications utilisées par un usager sera, somme toute, limité. Votre babillard est restreint et une routine se met très rapidement en marche pour répondre à nos besoins et nos addictions (courriels, cartes, recherches, méteo, jeux…).

C’est en ce sens qu’outre la recherche sur le web depuis les butineurs fournis (Chrome, Safari, Yahoo, peu importe…), en tête de liste on ne retrouve pas votre application chers amis, mais bien les applications sociales, Facebook se taillant évidemment une part magistrale du gâteau.

Que retient-on de cette étude. Application ou site mobile?

  • Les applications sont effectivement essentielles  au développement d’une bonne stratégie mobile.
  • A contrario un véritable monopole s’exerce sur l’usage des applications. L’application diffusant le contenu de votre site web ne captera pas tout le trafic mobile, sans doute même qu’une part mineure puisque tous vos lecteurs n’en feront pas l’acquisition, d’autres en arrêteront l’usage.

Vous ne pouvez donc pas limiter votre stratégie mobile au seul développement applicatif.

Qu’en est-il des personnes vous visitant depuis leur mobile par leur moteur de recherche?

Qu’en est il des liens postés depuis vos plateformes sociales renvoyant vers votre site?

Deux situations très fréquentes qui nécessitent en réponse et ce chaque jour une peu plus, un site web mobile. Rendez-vous compte! 78 Millions d’Étasuniens passant 7 heures et plus par mois sur leur application Facebook, 2h sur Twitter, cliquant ainsi sur un nombre invraisemblable de liens renvoyant à des sites non-optimisés, dont le vôtre.

Ex : j’écris un article pertinent, qualitatif, optimisé pour les moteurs de recherche. Posté sur mon site, il sera directement mis en ligne sur mon application, bonheur suprême! Puis dans le but de faire parler, réagir, d’informer… je diffuse mon article sur tous les espaces pertinents possibles (Facebook, Twitter, forums…), j’en informe personnellement mes principaux suiveurs, je le lie à mon infolettre, bref je fais un très beau travail de diffusion.

Seulement, vos suiveurs en déplacement prendront connaissance de votre article depuis leur support mobile.

Face à un article sans ergonomie, la majeure part, que dis-je, l’immense majorité, ne quittera pas mais fuira littéralement et comme la peste le manque de convivialité de votre site web! Pire encore certains ne prendront plus la peine de revenir depuis leur mobile (Ce que recherche les utilisateurs de mobiles selon Google, ressource en anglais).

Agissez, optimisez votre site web pour le mobile!

Voici une allégation qui peut sembler évidente. Mais posez-vous cette question combien de fois en cliquant sur un lien Facebook êtes-vous tombé sur une site non-optimisé pour les téléphones intelligents? Combien de grands groupes d’information délaissent leurs visiteurs, en leur offrant le calvaire de tenter de lire ou regarder un contenu qui n’est pas optimisé pour leur appareil :

Les blogues de RadioCanada, Le Canadien, Canoe media, Canal +, L’Équipe, Sport 365… La liste est non exhaustive, juste quelques exemples de liens qui me sont quotidiennement proposés sur mon flux Facebook depuis mon appareil mobile et qui ne répondent pas à mes attentes d’internaute.

C’est tout bonnement insupportable et assez incroyable à l’aune du développement mobile, de la généralisation de l’usage des téléphones intelligents et des tablettes.

Le surf devient ou redevient un calvaire : menus, liens ou boutons incliquables, zooms permanents, inconfort de lecture… on se demande si les diffuseurs veulent monétiser leur site et améliorer leur référencement SEO.

Schéma illustrant le responsive design sur trois supports. moniteur, tablette, smart phone

Le responsive design, une préconisation

Je me garderais d’ergoter sur l’avenir, j’aime cette définition de l’économiste : une personne qui nous expliquera demain, pourquoi ce qu’elle avait prévu hier, n’est pas arrivé aujourd’hui (Jacques Attali), néanmoins, à ce jour, si le minimum est de développer, en parallèle des applications mobiles, un site web mobile dont l’url s’apparenterait à un sous domaine du type m.mondomaine.com, la préconisation du moment irait vers le responsive design, dont nous expliquons le principe ci-dessous.

Je me pose donc une question, pourquoi si peu de sites développés avec cette technologie depuis une année alors qu’elle présente de nombreux avantages et qu’elle est recommandée par Google lui-même : Recommandations pour des sites web optimisés pour les téléphones intelligents (ref en anglais) et pourquoi plus simplement aussi peu de sites mobiles.

Qu’est ce que le responsive design?

Ce que Wikipedia nous apprend :

La notion de Responsive Web Design (conception de sites web adaptatifs selon l’OQLF1) regroupe différents principes et technologies qui forment une approche de conception de sites Web dans laquelle un site est conçu pour offrir au visiteur une expérience de consultation optimale facilitant la lecture et la navigation. L’utilisateur peut ainsi consulter le même site Web à travers une large gamme d’appareils (moniteurs d’ordinateur, smartphones, tablettes, TV, etc.).
Le Responsive Web Design est souvent abrégé par RWD dans les articles traitant du sujet. Il est également courant de trouver l’expression « Site web responsable » qui est une erreur de traduction de l’anglais vers le français.

En d’autres termes, le site devient multi-plateforme sans multiplier les répertoires ou les sous-domaines. Le développement prend un tout autre niveau d’expertise mais le confort pour l’utilisateur sera quasiment optimal. Un même article, une même page auront une seule place sur le web et seront optimisés pour tous les supports. Elle est pas belle la vie!

Un exemple? Ils sont encore peu nombreux, du moins pour les sites web que je fréquente. Les passionnés de jeux vidéos aurontLogo du site web d'information sur les jeux vidéos Gamekult néanmoins plaisir de découvrir le site web de Gamekult, sans doute la meilleure référence francophone en termes de jeux vidéos. N’hésitez pas à vous amuser à modifier la taille de la fenêtre du site web de Gamekult afin de mesurer directement ce qu’est le Responsive Design.

Passez en responsive!

Si vous en avez les moyens bien sûr:) En tout cas, s’il fallait déterminer un coup de gueule en cette fin d’année ce serait celui-là. Pourquoi aussi peu de sites optimisés chez les grands groupes plein de fric? C’est pas chic pour nous les gars!

Un site web majeur vous énerve particulièrement parce qu’il n’est pas optimisé pour votre appareil, n’hésitez pas à l’ajouter dans les commentaires, ajoutez aussi des exemples de sites web utilisant le responsive design.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

9 commentaires sur “Site web mobile, responsive design, déception 2012!

  1. Ping : Site web mobile, responsive design, déception 2012! | SEO et furetage | Scoop.it

  2. Cédric Mure
    18/12/2012

    Personnellement, je ne me suis pas encore tenter au développement responsive pour mes clients, (tu me connais, je créé des sites en France :p ) mais ça viendra prochainement car on me demande de plus en plus. (pour l’instant c’est le budget qui les freine)

    Par contre, je trouve compliqué de se renseigner sur les statistiques globales des navigateurs/OS/etc…
    Jusqu’à présent, j’utilisais http://www.w3schools.com/browsers/browsers_os.asp qui s’avère être une grossière erreur de ma part, puisque cela concerne uniquement le site en question, w3schools.com.
    J’utilise maintenant http://gs.statcounter.com/#os-ww-monthly-201209-201211 qui se dit donner des stats mondiales et globales, mais.. on s’aperçoit ici que la connexion mobile serait plutôt sur du 6% (même en France, http://gs.statcounter.com/#os-FR-monthly-201209-201211)

    Alors, 3 raisons à ça, pour moi ;
    * soit je n’ai pas encore trouvé le site de référence pour parler de stats globales, et c’est plutôt embêtant.. (si t’as un lien quelconque..)

    * soit on nous « vends » un nombre de connexions mobile surcoté.
    Ton coup de gueule garde tout de même un sens car les connexions mobiles/tablettes continuerons d’augmenter.

    * soit les 10-20% de connexions mobiles ne sont valables et fournies que pour/par les « grands » sites populaires (ce qui semblerait logique finalement), les « petits » sites ayant beaucoup moins de visites mobiles, ce qui donnerait bien une moyenne à 6%.
    Et ton coup de gueule est alors pleinement justifié :)

    En tout cas, c’est toujours un plaisir de te lire, ton article soulève une grande question pour moi. Quel sera le moment où le responsive deviendra indispensable, même pour les petites entreprises PME (70% de mes clients)
    Est-ce une question de stats ou de bon sens?

  3. Vincent Drouin
    18/12/2012

    Allô Cédric,

    C’est une excellent point que tu apportes.

    Qui croire, et quelles stats? Personnellement j’ai cherché à plusieurs reprises quelque chose de crédible sur le sujet du trafic mobile sans succès. C’est pourquoi j’ai préféré croiser les sources pour arriver à ce constat, peut-être réhaussé de 10-20%, j’ai effectivement lu quelques sources à moins de 8%.
    Mais j’aurais de la misère à croire tout autre acteur que Google sur le sujet. C’est le seul acteur à disposer d’un réel traqueur global. Je ne suis pas spécialiste des méthodes de collectes de données sur le web mais quoi de plus pertinent que des milliers de Google Analytics installés.

    Le fait que Google ne soit pas plus explicite que les autres sur ce point abonderait dans ton sens : http://www.thinkwithgoogle.com/insights/facts/media-platform/
    Pas de chiffres sur le sujet, donc sans doute des chiffres qui manquent encore de mordant.

    Mon courroux va effectivement sur les gros sites.
    Même si je pars un peu dans tous les sens dans l’article, le trafic mobile issu des réseaux sociaux est une donnée à prendre en compte et c’est l’argument sur lequel je voulais insister. Il rend caduque la réflexion selon laquelle un site mobile pourrait ou devrait être moins complet que le site mère, puisque tous les liens postés sur ces plateformes se doivent d’être optimisés pour ne pas subir de perte de trafic et une augmentation du taux de rebond.
    C’est je crois un point très important car la proportion du trafic mobile issu des liens sociaux va prendre à mon sens une très grande importance si elle ne l’est pas déjà. Et le taux de rebond étant encore et pour longtemps un puissant critère de qualité pour les sites, avoir un taux de rebond qui explose même sur un petit 6% du trafic c’est un certain risque.

    Après il y a de la marge avant de faire le basculement, on en est même pas véritablement à la phase « aventuriers » ou « early adopter », c’est ce qui me paraît bizarre et m’inquiète. Puis, avant que les suiveurs suivent il va sans doute se passer une bonne année.
    Encore faut-il enfin que le responsive soit généralement adopté par les grands sites. Il y a l’air d’avoir quelques réfractaires.

  4. Cédric Mure
    18/12/2012

    J’ai beaucoup réfléchi à cet article depuis ce matin, et je me rends compte que cela m’a soulevé une tonne de questions.
    Car je ne m’étais pas aperçu qu’autant de grands sites n’avaient pas de responsive design.
    Et après pas de fausses raisons qui me sont venues, (trop cher, technique trop jeune qui demande à évoluer, etc..) je n’ai qu’une seule idée qui se démarque.
    Peut-être que ça prends du temps, qu’il faut refondre entièrement les sites, que tout le monde à été pris de cours et que les travaux sont en éxecution et se finaliseront prochainement (?) :)

    Je reviens sur les stats car je n’avais pas vu celle-là http://gs.statcounter.com/#mobile_vs_desktop-ww-monthly-201209-201211 provenant pourtant du même site annonçant plutôt 6% .. (bizarreries, quand tu nous tiens..:p) Ce qui place donc les connexions mobiles à 13%
    Et sinon, oui, Google serait bien le seul à pouvoir fournir des stats globales très intéressantes, pourquoi ne le font-ils pas? dommage.

    • Vincent Drouin
      28/01/2013

      Salut, un petit article du jour sur SEOmoz, et ça répond à pas mal de nos questionnements, quand il y a trop de contenu le responsive, bien que recommandé pour ne pas frustrer l’utilisateur, n’est pas la solution idéale, pour le reste ça a l’air d’être une marche à franchir.
      http://www.seomoz.org/blog/seo-of-responsive-web-design

      • Cédric Mure
        30/01/2013

        J’en ai retenu une info essentielle ;
        - Site au contenu raisonnable = Responsive.
        - Site aux gros contenus = Site mobile. (en + du site « bureau », détection automatique)

      • Vincent Drouin
        30/01/2013

        Oui, il y a une donnée supplémentaire à laquelle j’adhère complètement, c’est que la partie mobile ne doit pas proposer moins de contenu, c’est frustrant pour l’internaute.

  5. Ping : » Clin d’œil — Un seul site Web pour tous les types d’écrans

  6. deviscuisine.co
    07/04/2014

    On pourrait penser que l’article est d’aujourd’hui tellement le problème reste entier.

    Les plus gros sites sont toujours aussi frileux envers le responsive design.

    Merci pour cet article!

Information

Cette entrée a été publiée le 15/12/2012 par dans Blogue, Marketing, Mobile, Web et a été taguée , , , , , .

Réseaux sociaux


 


Google

Mises à jour Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes, puis réactualiser cette page.

Entrez votre adresse électronique