3

GTUG Montréal: Gang de vrais geeks

Le 10 mai dernier, je me demandais encore ce qu’était un vrai geek. L’expression s’est tellement généralisée ces dernières années qu’un simple gestionnaire de projet web muni d’un T-shirt des Avengers sympa et d’un téléphone intelligent pouvait être déterminé comme un « Geek » (rappelons que le sens premier est assez péjorative, le sens élargi, mélioratif est applicable aux personnes férues d’informatique).

C’est ainsi que M. Dream, Cyprien, s’est très justement révolté contre ce phénomène normatif qui fait de chacun un geek potentiel. Certes nous sommes tous le geek de quelqu’un d’autre, mais il s’agit de rajuster un univers de sens en train de dériver du fait d’un certain effet de mode qui dévalorise finalement les créateurs, les inspirateurs, les concepteurs… du développement informatique en marche.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=wzjvKygubsI]

Le GTUG a un an

En ce jeudi, je me suis donc rendu à la conférence du GTUG-Montréal, Groupe d’Utilisateurs des Technologies Google à Montréal. L’association fêtait sa première année d’existence. Muni de mon téléphone Androïd, fièrement passé sous 4.0 depuis peu, j’allais pouvoir discuter de toute la pertinence des services Google dans le cadre d’une utilisation personnelle et professionnelle avec des personnes qui comprendraient enfin pourquoi j’ai choisi cet esclavage plutôt que celui proposé par la firme Apple.

L’événement, commandité par le CRIM, Centre de Recherche informatique de Montréal, accueillait une quarantaine de personnes. Pizza et bières gratuites pour célébrer notre totem et les retrouvailles de la tribu Google.

Le coeur léger je rejoignais ma place, jusqu’ici tout va bien…

Quelle ne fut pas ma stupeur, après quelques minutes passées à écouter, lorsque je compris qu’ils ne s’agissaient d’un groupe consacré aux utilisateurs des applications fournies par Google, mais d’un groupe de développeurs, notamment, pour certains, dans le cadre de la présente conférence, des derniers joujoux disponibles sur le Google Play.

Bim! Me voilà, pauvre homme, à prendre une leçon de HTML5 et des langages (GWT, DART) dont il faut absolument se faire maître si on veut faire carrière dans le développement des webapps d’aujourd’hui et demain.

Présentation des webapps modernes

Au tableau, magistralement animé par Philippe Beaudoin, des lignes de codes qui font réagir l’assistance. Sur le moment je crois comprendre, mais quelques minutes plus tard, j’ai bien du mal à résumer la somme d’enseignements professés. Le brillant développeur travaille pour Google Montréal et plus principalement sur le développement de Google Chrome, le désormais célèbre navigateur. Il préconise, renseigne, compare et livre une conférence très pertinente bien que sans doute trop spécialisée pour le grand public, sur le chemin que prend le développement contemporain des applications web.

 La vidéo de Cyprien m’est alors apparu, non c’est définitif, je ne suis pas un geek :)

Des utilisateurs aux développeurs Google

Le fameux GTUG, devrait voir évoluer son nom imprononçable, pour signifier un peu plus le coeur de son activité, le développement autour des solutions du géant américain. Bien que je ne sois pas développeur, je remettrais sans doute les pieds dans ces réunions. Elles ont le mérite de parler de ce qui est à venir, de ce vers quoi il faut tendre. L’accueil est chaleureux, la conférence est de grande qualité et totalement gratuite, ce qui au regard du prix de certains camps est assez exceptionnel. Longue vie au GTUG ou tout autre nom dont il s’accommodera à l’avenir!

0
Partages
Vincent Drouin
 

Dans le marketing web depuis 2008 au sortir de mes études de sociologie, si le coeur de ma spécialisation est le SEO, j'aime les approches transversales orientées vers l'acquisition de trafic qualifié et la conversion. Mes péchés minions: Les 33 tours, le web, l'histoire des langues et des peuples.

  • Voilà ce qui motive en partie le changement annoncé de l’appellation GTUG (Google Technology User Group) à GDG (Google Developer Group).

    Il faut également distinguer les bidouilleurs (geeks) et les développeurs de logiciels (developers). Tous les « geeks » ne sont pas des développeurs bien que je dirais que beaucoup de développeurs sont aussi des « geeks », particulièrement les développeurs passionnés qui fréquentent les groupes comme le GTUG Montréal.

  • Bonjour Claude, merci pour votre commentaire, le terme Geek recouvre aujourd’hui une richesse de sens phénoménal. C’est vrai que de petits adjectifs sont bienvenus pour mettre les choses au clair :)
    Au plaisir de suivre l’actualité du GDG.

  • Pingback: DoYouSEO en question « Le butineur | Vincent Drouin()

Mes trucs favoris aux abonnés
Contenus exclusifs, débloquez tous mes contenus en vous inscrivant à ma liste de courriels.
Pas de spam, pas d'abus.